Ningbo Chine
>A Ningbo>Tout sur Ningbo>Histoire et Culture
Pan Tian-shou
2017-02-27taille de texte: A A A

Il y avait un enclos avec des maisons archaïques autour d'une cour, dans le hameau de Guan Zhuang partir de chef lieu de district, Ninghai, près de 5 kms. En 1897. Le maître des peintures traditionelles chinoises y était né. Pan Tian-shou (1897-1971), son prénom ancien Tian-shou, surnom Da-yi, title Shou—Zhe, né à Ninghai, Ningbo, Son père Pan Da-pin fut bachelier dans la dernière étape de Qing dynastie. Il aimait de peinturer dès sa enfance, il donnait son nom des peintures, de plupart comme <<Lei Po Tou Feng Shou Zhe>>. Ce title venue d'un montagne de son pays natal, de 7---8 kms loin de son hameau, il s'élevait de 400 mètres de haut horizontalement. On dit qu'il y avait une vieille dame chargée du tonnerre qui y dompta des demons, et le title se fut donné. Les pierre dans le sommet  étaient en désordre ,comme fendre, ,comme éplucher, appercevoir de loin, comme la couronne ,comme la tête de lion, escarpement, et imposantement. Au pied du mont s'étendu du sommet , il y a eu une pièce de champs dans les montagnes des Pans, dans sa jeunesse, il y allait pour  couper du bois, pour faire paître, pour traviller, dès qu'il était fatigué , il appuyait sur un bois pour reposer un peu, en sortant de crayon et de papier, il dessinait le sommet de mont, en captivitant, il ne savait pas qu'il pleuvrait. Il aima son pays natal, le mont et l'eau là , lui élevait et lui nourrissait. Il avait dit aux amis “je suis un morceau de pierre sur le sommet de la tête de la vieille dame chargée du tonnerre, il se nomma toujours ''Lei Po Tou Feng Shou Zhe '', dans la jeuness,il avait écrit et ciselé le disque littérraire:

En espérant la récolte,cultiver des haricots et des grains sur la terre de dalle.

En portant des trésors des letters, on me recrutera à temps tout ce-là, c'était pour manifester son ambition. Il fut un grand maître d'art après Wu Chang-shi, Ji Bai-shi dans l'histoire des peintures chinoise contemporaine, il se fit bien connu dans le monde. Il était haut sur la qualitè des peintures. Sa conduite  était aussi bonne, il fut en large d'esprit , et louer unanimenment, son caractère  était franc, en communiquant son attitude était d'un abord facile, même il était insulté, jamais de répondre avec mordant, de trancher en grand seigneur, il se tint en render le bien pour le mal, après, il n'en prit au sérieux. En hiver de 1962 , il retournait chez son pays natal dans Nan Ci eaux thermales, il dessinait consécutivement .<<Canevas des orchidées et des pierres >> et composait un poème:

Errer à l'aventure dix ans, j'étais tout occupé
Je me souhaite de rentrer chez moi dans pays dené
I'eau thermales convenable de me baigner
Faire plaisir à voir les fleurs d'automne plein de pente

Pan faisait des peintures et euseignait l'art pour longtemps. Après l' inauguration de la R.P.de Chine, il était nommé comme Vice-président de l'Alliance des artistes de chine, le directeur de l'institut des arts de Zhejiang, il était bon au dessin  à main libre, sur  le fleur et l'oiseau , et le montage et la riviere, le fleur et l'oiseau , et le montage et la rivière. En avant, il suivait les Mâitres comme Xu Wei, Zhu Da Yuan Ji ,<Shi Tao> etc., après il ètait influencé de Wu Chang-shi, son arrangement , il était habile à “faire la situation dangereuse'', et suite ''la déchiré”, sa touche avait un goût de bronzerie, Son style élevé et fleuri, mouvement d'une grande envergure, il attachait la couleur imperturbable et bariolée, ses oeuvres fondaient le poème, la calligraphie, le dessin, le sceau en même four, il avait formé son caractère propre, il était bon en créer des personages aussi, et excellait à peinture avec doigt, il avait fait des recherches sur le domaine d'histoire, des dessins, la dissertation des dessins, ses demonstrations étaient tourjours profondes et pénétrantes. Il avait écrit: <<Le mont manqué d'esprit sans le nuage, manqué de pierre sans l'extraordinaire. Le mont manqué d'arbre, sans rafine, le mont manqué de l'eau sans vivacité>> dans le livre <<L'essai de traiter le dessin dans le pavillon d'écouter le ciel>>. ''En faisant le dessin, il fallait bien concentré, pouvoir garder son sang froid , si on puit garder son esprit, puis, il resterait dans la calme rester son sang froid , alors, il s'entrainait, calme comme le bonze vieux se nourissait. En s'entrainant, il exercait comme le ver à soie qui vomit de soie en printemps, naturellement l'intérêt y est, et le charme aussi, ils sont hors de pinceau et encre''. Il y a d'autre dissertations collectionnées dans autre oeuvres, comme "L'histoire des peintures chinoises ", "Parler de faire un seau " etc.

【imprimer】 【fermer】