Ningbo Chine
>A Ningbo>Tout sur Ningbo>Histoire et Culture
Wang Shou –ren ,maître de lettres et d'arts martiaux
2017-02-27taille de texte: A A A

Dans Ming dynastie, il y eu un sieur notable, qui s'appela Wang Shou-ren,  philosophe, édeucateur et vieux général à Yu Yao, il y a eu une stèle dans  <<La pavillon des  quatre stèles.>> a Yu Yao, l'inscription lit comme;  Le pays natal de sage ancien de Ming dynastie. Le distique littéraire sur le pillier, son savoir est inscrit dans l'école confucianiste, Ses vertus comme les grands batiments transpercent la lune , la calligraphie horizontale, Les trois vértable restent infiniment.

Wang  Shou-ren <1472----1529> surnom An bo marque Yang-ming, il s'intitulait comme monsieur Yang-ming né à Yu Yao, son père Wang Hua, fut successif dans les exams palais au plus haut niveau en 1481, il avait mû à Shao Xing. Suivi son père, il arriva à Beijng, on dit que l'éducation familiale dans sa famille fut très sévère, dans la jeunesse, il étudiait les lettres et pratiquait d'arts martiaux, assidûment, mais il a eu du goût pour jouer aux échecs, en cas de retarder ses devoirs fréquemment, et toujours était reproché, mais pas de rien, par un mouvement de colère, son père jeta des pièces dans la riviève, Wang Shou-ren était touché gravement. En regrettant son acte, il écrivit un poème pour confier son ambition:

Plus de plaisir en échecs toute la jouuné
Tracassant de jetér entier de parenté
En tombant, les soldats ne sont pas sauvé totalement
Les généraux sont noyés dans l'eau sans mêdicament
Les chevaux inondés galopaient des centaine kilomètres
Les éléphants sont submergés dans les rivières
Les cannons exploissaient, le ciel et la terre tremblaient
Brusquement il reste stupéfait monsieur Dragon dormait

Il se présentait comme Zhu Ge-liang, décidait de faire quelque chose, il étudiait laborieusement dès lors, et faisait des grands progrès, alors il maîtrisait parfaitement sur monter en cheval, en tir à larc, en art militaire. En 1499, il était succès des examens de palais sur la liste haute, était donc nommé à une charge de l'administrateur de Ministères de militaire. En ce temps là ,tout le monde le connaît comme un savant, mais, l'eunuque Chang Zhong comme surveilleur militaìre,  le considérait  comme un homme de lettres chargé en militaire,  il done le négligait, un jour, il forcait Shou-ren tir à l'arc en publique, pour lui provoquer des difficultes, mais Wang tir trois fois à l'arc, les trois flèches arrivèrent rent à la cibre,  tous les soldats acclamèrent. Chang Zhong se fit géne. Wang Shou-ren avait tenu sa poste pendant trois ans, soudain, il avait étè malade de tuberculose pulmonaire, il demandait des vacances et retournait chez lui, et  ètalblissait un cottage sommé Yang Ming grotte. Près de la palais de Long Rui de Mont Kuai Ji, il était donc nommé comme monsieur Yang Ming. Après la guèrison, il reprit sa poste, en cas de s'opposait à l'eunuque Liu Jin, il avait été battu dans le cour impériale de 40 fouets. et se déclassait l'officel qui s'occupait de la station des courriers à Xue Wen district, Guizhou. Après l'exécution de Liu Jin il ètait nommé le magistrat de district à Lou Ling district, élevait plusieurs fois , jusqu' au Shao Qing <l'officier au rang haut>, entre temps, Wang Qiong travaillait comme secrétaire  général de militaire, il connaisait le talent de Wang Yang Ming était extraordinaire, il le élisait à l'empereur, Wang était donc nommé et elevé au rang plus haut comme sensor commendant, ensuite, l'inspecteur impérial au sud de Jiangxi, il administrait la troupe sur le dos d'un cheval et gérait des affaires civiles en descendant d'un cheval, il était l'officier des lettres, mais tint la puissance militaire, en combinait le lettres et officier en un , il traitait les affaires avec sagesse et sensibilisation, stationer des troupes extrêment rapide. A cause d'écraser la révolte des paysans et réprimer des troubles des Chen Hao, il s'élevait de "Bing Bu Shang shu", <l'officer ancien chargé de secrétaire général de militaire>, et conféré le title noble sur "Xin Jian Bo" plus trad, pour cause des grands mérites portaient des jolousies, il se démettait, retournait chez lui , y donnait des conférences , Il avait établi des écoles à Shao Xing et  à Yue Yao, il propagait l'école de Wang. En 1577, il était nommé comme l'officier qui surveillait les affaires militaires en Guangdong et Guangxi, depuis sa maladie aggravait, il présentait l'annotation à l'empereur de demander de se tirer, et mourut de maladie sur le bateau à Nan An de Jianxi. Il se confia posthumous title de "Wen Cheng". Wang Shou-ren fut réunit les grands accomplissements de subjective idéaliste,il avait dévelopé la doctrine de Lu Jiu-zhou, afin de s'affronter l'école de Cheng et Zhu. Il dit que l'homme sans bonté et sans vice était de la nature , et l'homme qui fit des bons et vice dériva de coeur . L'homme qui connait la bonté et le vice est de la conscience, la conduite bienfaisante et avoir du dégoût acte étudient la nature des articles, de plus, il en fit son intention générale de ses cours. Il affirmait que "La raison de tous les articles et tous les objets ne reste pas dans nos coeur", "avoir l'esprit clair vient de ciel", il niait qu'il n' y a pas raison outré le coeur, ni l'affaire, ni l'objet. Il crut que étudier, ce n'est que pour perfectionner le Coeur, comme la plante, et le coeur, just comme ses racines, et étudier, c'est comme les rechausser et mise de la terre et les arroser, cultiver, éclaircir les jeunes plantes, sarcler les mauvaises herbes, seulument pour exacerber la racine. Il demanda la méthode de se réfléchir dans l'esprit, de telle façon, qu'on allait à l'uniforme de monde, sa théorie comme <<l'unité de savoir faire et de l'actualiser>>, <<Faire avancer ensemble savoir faire et actualiser >>, son but était contre la théorie de Cheng Yi qui propasait <<savoir faire en avant et actualiser après >>. Le monsieur fut d'un confucianisme dans Song dynastie, Wang était contre pour tous les déclarations qui isolaient le savoir faire avec l'actualiser. Quant  à l'éducation des jeunes, Wang s'opposait de "fouetter et ligoter, comme le prisonier", il était d'avis que les encourager, s'incliner de bon gré, afin d’arriver à l'auto-perfectionnement individual. Son dogme apparaissait selon la manière de contre-tradition, Après le moyen âge de Ming dynastie, il se forma l'école de Yang Ming, l'influence répandu, il enrôlail des éléves vastement aux tous les coins. Après sa mort , "L'école Wang"  était séparé de plusieurs sectes, mais de même clan quand même, chacun avait son bien. Sa philosophie  étendait au loin, particuliellement, l'influence sur les écoles japonaises. Wang Shou-ren, il fut, non seulement philosophe, mais encore éducateur, et poète notable, il aima son pays natal, les eaux et les monts, en retournant au pays natal, il avait excursionné les paysages beaux et les vestiges, et nous laissa beaucoup de poesies abondamment citées comme <<Avoir souvenir de Long Quan Mont>>:

La joie se répand sur visage, pour Mont de Long Quan
Le bonze dans le mont  à la vue de nonchalant
Auprès de la rampe de puits, le jour il s'asseyait
Sous l'ombre de pin, yeux ensommeillés il s'allongait
Aúx nuages et le mont, brusquement ,il disait au sevios
De plusieurs années,il était toujours par chemin et par voie
La fontaine  éprouvait, elle même de la confusion
Elle courait et cascadait le jour et la nuit saivs interruption

Wang Shou-ren avait le mis ses pieds au mont de Xue Dou, Feng Hua, le poème <<Xue Dou Mont>>semble clair et fluide, gracieux et beau, il se transmettait de bouche en bouche dans centaine années.

Il y vint difficilement, le mont denude et route coupée
En passant les ruisseaux, on voyait la terrasse empierrée
Les bonzes s'éveillaient en sonnant dans la tour de cloche
Au fond de la forêt, au début d'été, en ramie, on sent fraîche
Il sonnait de ravin au loin, et suivait la ravine
L'eau réfléchit des bamboux et la pluit continuait
N'éfonnez pas d'avoir vu en avant les cimes
Cette année-là, on les a vu sur les peintures

Wang Shou-ren , dans toute sa vie,  écrivit beaucoup, après sa mort, ses disciples compilèrent en 38 volumes de <<Le complet de Maître Wen- Cheng. entre eux, les plus importants sur la philosophie sont <<Le Registre d'instruire et de prendre >>et <<Les grandes connaissances>>

【imprimer】 【fermer】